Dans les coulisses de l'atelier

Pourquoi nous avons décidé de fermer la boutique de Monpazier

Nous fermons la boutique des Oeufs de Lumière à Monpazier, pour vendre uniquement sur le site internet

C’est dans cette petite bastide médiévale que la plupart d’entre vous ont découvert notre atelier et la collection d’œufs d’autruche et d’émeu.

Certains d’entre vous nous ont découvert par hasard, tandis que d’autres revenaient découvrir les nouveautés d’année en année. Cet endroit aura eu une grande importance pour notre petite maison d’artisanat.

Aujourd’hui, notre boutique de Monpazier est définitivement fermée.

En raison de cet attachement, j’ai eu envie de partager avec vous les raisons de cette fermeture. Cet article est le deuxième d’une série avec le bilan de 2016 et les nouveaux projets pour l’année à venir. Prochain billet à suivre !

 

Un petit pincement au cœur

Cela fait 13 ans que mon père a ouvert les portes de ce magasin, et que lui et ma mère venaient à Monpazier chaque saison pour vous rencontrer, vous parler de notre travail…

Certaines personnes regrettent cette fermeture. Nous aussi, on a eu un pincement au cœur. On aurait aimé que les choses restent les mêmes, encore un peu plus longtemps… Pourtant c’était la décision la plus raisonnable.

Et puis ce n’est pas la fin des Œufs de Lumière. Toutes nos lampes sont disponibles sur le site internet, et j’ai plein de projets pour faire grandir notre petit atelier.

Alors, avant de vous parler de nos envies pour l’année à venir, je voulais partager avec vous les raisons de ce changement. Tout simplement, vous expliquer tout ce qu’il y a derrière une telle décision.

 

Nous fermons notre boutique de Monpazier (mais nous continuons à vendre sur internet !)

 

En janvier dernier, quand j’ai repris l’atelier de mon père, j’avais imaginé cette saison 2016 comme une période de transition : je décidais d’exposer dans la boutique un an de plus, pour me donner le temps de comprendre le métier, d’apprendre la gravure et de vous rencontrer.

Cette saison a été intense. J’ai énormément appris.

La fin de la saison approchant, il a fallu que je réponde à une question difficile : faut-il continuer ou fermer définitivement la boutique de Monpazier ?

 

Pourquoi on a adoré avoir une boutique

 

Apprendre et progresser grâce aux rencontres

Avoir la chance de vous rencontrer, que vous soyez visiteurs ou clients de la boutique, cela change tout. J’ai appris à parler de notre travail, à expliquer le savoir-faire. On a échangé sur les pièces qui vous plaisaient le plus, ou bien on a parlé de tout autre chose…

Certains ont eu un regard sévère sur mon travail, ont repéré les petits défauts, et c’est très bien : cela m’a fait progresser. D’autres nous ont donné de nouvelles idées – c’est un visiteur qui m’a soufflé l’idée de travailler un ciel étoilé, et c’est maintenant une de mes pièces préférées.

Ça a été l’occasion de mieux comprendre ce qui plait, ce qui plait moins… J’ai pu tester de nouvelles idées, essayer d’autres graphismes et observer la réaction des visiteurs à ces différents essais.

 

Laisser la magie s’opérer

Rien ne remplace la découverte des lampes dans la boutique, et la magie qui se dégage de cette lumière si particulière.

Difficile d’avoir une telle émotion en découvrant les lampes sur Internet ! Cela reste encore et toujours le principal défi de cette aventure : comment transmettre la beauté et l’émotion de la lumière via un écran d’ordinateur ?

Cela dit, les réseaux sociaux ont aussi leurs avantages. On prend plaisir à discuter avec vous sur Facebook. Et on vous dévoile les coulisses de la création sur notre compte Instagram.

 

Alors pourquoi fermer la boutique ? Parce qu’un magasin physique représente des contraintes considérables pour un petit atelier

 

Entre l’atelier et la boutique, la quantité de travail est considérable

La tâche était immense, et toute seule, c’était trop dur.

Il y a la boutique, pour laquelle il faut être présente tous les jours pendant cinq mois, sans interruptions. Mais bien sur, il faut aussi travailler à l’atelier, pour avoir continuellement les pièces en stock – sinon la boutique serait à moitié vide.

Et puis il y a la création pure : il en faut du temps, pour imaginer et créer un nouveau modèle ! S’inspirer, expérimenter… Difficile d’être créative quand il faut assumer l’organisation de la boutique.

A cela se rajoute la gestion du site internet et des réseaux sociaux – c’est une grande première pour l’atelier, on est sur Instagram et sur Facebook !

 

Un système trop lourd pour une seule personne

Les tâches se sont accumulées – trop pour une seule personne.

Toutes ces années, mon père avait le soutien de ma mère. Si vous veniez dans la boutique ces dernières années, vous l’avez surement rencontrée dans la boutique, permettant à mon père de travailler dans le petit atelier à côté.

Ce système de vente traditionnelle en boutique ne me convenait pas. Mais je suis persuadée qu’il existe d’autres manières de faire grandir l’atelier, et que c’est à moi de construire un système de vente qui me corresponde.

C’est ce que je vais faire en 2017.

 

Le magasin de Monpazier est fermé, mais vous pourrez toujours commander en ligne !

 

La fermeture de notre boutique ne signifie pas la fin de l’atelier ! On continue l’aventure, à un autre rythme.

Vous pouvez toujours craquer sur nos œufs : commandez votre lampe en ligne, et on vous livre en quelques jours. Directement de l’atelier jusque chez vous, en trois clics !

Et si vous avez une question, si vous voulez en savoir plus, ou si vous avez des idées pour améliorer l’atelier… N’hésitez pas à nous contacter par mail ou à nous écrire en commentaire de cet article !

EnregistrerEnregistrer

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply